Bouddhisme et Occident

Présentation du cours

CET-3.jpgCe cours présente différents exemples d’évolution de la pensée bouddhiste dans sa rencontre avec l’Occident : en resituant le mouvement du « bouddhisme engagé » dans l’histoire des implications économiques et politiques du saṅgha (Dominique Trotignon) ; en présentant la genèse et le développement des réflexions écologistes et économiques du bouddhisme contemporain (Lionel Obadia) ; en expliquant comment le bouddhisme contemporain accompagne et reflète la conscience d’un monde devenu global et interdépendant (Raphaël Liogier) ; enfin dans une confrontation-dialogue du bouddhisme et de la psychanalyse (Eric Vartzbed).

1 - Bouddhisme, économie et écologie - Lionel Obadia
Dans ce cours, Lionel Obadia présente et analyse deux grands mouvements de pensée du bouddhisme contemporain dont il évoque aussi la généalogie. Le premier, appelé « bouddhisme vert » (green buddhism), fait résonner conjointement le bouddhisme et les valeurs écologiques ; il est surtout présent dans les pays du Sud-Est asiatique, où il prend une dimension clairement politique. Le second est « l’économie bouddhiste » qui se propose de réformer les modes de fonctionnement de l’économie contemporaine de type capitaliste. Lionel Obadia s’attache à décrire la vie des idées et analyse avant tout les discours des intellectuels bouddhistes, anglo-saxons ou asiatiques universitaires ou bhikkhu / bhikṣu , qui, par leurs écrits, contribuent au développement d’une pensée bouddhiste en phase avec les préoccupations de notre époque contemporaine.

2 - Bouddhisme, politique et mondialisation - Raphaël Liogier
Dans le champ de la recherche sociologique sur le fait religieux, l’approche de Raphaël Liogier se démarque de celles de la plupart de ses collègues, habituellement centrées sur les choix individuels. Son analyse, macrosociale, comprend les mutations actuelles du "croire" comme des phénomènes sociaux, qui ont leurs formes institutionnelles et leurs modes de régulation propres. Ils qui relèvent, selon lui, d’un système idéologique dominant, “l’individualo-globalisme”, dont il fait remonter la généalogie jusqu’au romantisme du XIXe siècle. Pour lui, le bouddhisme occidentalisé le bouddhisme moderne tel qu’il s’est transformé en Asie puis en Occident depuis le XIXe siècle est non seulement une expression particulière de cet individuo-globalisme, mais il a préparé et accompagné l’émergence de cette idéologie.

3 - Bouddhisme, politique et économie - Dominique Trotignon
Le « bouddhisme engagé » est un mouvement contemporain, informel, international et inter-traditions, qui s'est développé dans le contexte des systèmes politiques et économiques d'après la révolution industrielle du XIXe siècle. Il s’inscrit néanmoins dans une longue histoire des rapports du saṅgha avec l’économie et le pouvoir politique car, contrairement aux idées reçues, les bhikkhu / bhikṣu ont toujours joué un rôle social dans les sociétés où ils évoluaient. Ce cours s’attache à retracer ces rapports dans deux contextes différents : celui de Ceylan, depuis le IIIe siècle av. J.C. jusqu’à l’époque moderne, puis celui de la Chine, au cours du premier millénaire. Car le « bouddhisme engagé » est né de façon concomitante dans ces deux pays au tournant des XIXe et XXe siècles.

4 - Bouddhisme et psychanalyse - Eric Vartzbed
Bien que confrontés tardivement – essentiellement à la fin du XXe siècle , bouddhisme et psychanalyse présentent certaines "affinités" : ce sont des outils de connaissance de l'esprit humain, jusqu'en ses profondeurs ; des propositions doctrinales et pratiques sur cet esprit et son exploration ; des chemins existentiels animés par la recherche d'un mieux-être qui les apparente tous deux à des démarches à la fois philosophiques et thérapeutiques. Mais leur position respective sur le "Moi" et leurs méthodes divergent et toute tentative de les rapprocher semble ainsi périlleuse. Au-delà de ces remarques, qui restent peut-être trop superficielles, Eric Vartzbed propose aussi d'interroger bouddhisme et psychanalyse sur le rapport au "sujet supposé savoir", qu'il s'agisse du maître bouddhiste ou de l'analyste, et sur la question de savoir si la "cure" et la "pratique" peuvent mener à un résultat définitif ou sans cesse à renouveler...
 

Les enseignants

Lionel Obadia a suivi une formation de sociologue et d’ethnologue à l’Université de Nice puis à l’Université des sciences et technologies de Lille 1. Il y a soutenu une thèse de doctorat en 1997 consacrée à la diffusion du bouddhisme tibétain en France. Il est actuellement professeur en anthropologie sociale et culturelle à l’Université Lumière Lyon 2. Il est également membre du Centre de Recherches et d’Études Anthropologiques de l’Université Lumière Lyon 2 et du Centre d’Études Interdisciplinaires des Faits Religieux à l’École des Hautes Études en Sciences sociales (Paris). Ses premiers travaux portaient sur la sociologie du bouddhisme contemporain. Ses recherches se sont ensuite élargies et portent plus largement aujourd’hui sur les mutations actuelles des religions.

Raphaël Liogier est sociologue et politilogue, professeur des universités en sociologie à l’Institut d’Études Politiques d’Aix-en-Provence, directeur de l’Observatoire du religieux. En 2000, il achève une thèse consacrée à la mondialisation du bouddhisme sous la direction du sociologue et politologue Bruno Étienne (1937-2009). Il devient successivement maître de conférence puis professeur à l’Institut d’Études Politiques d’Aix-en-Provence. Ses recherches portent sur les croyances et les valeurs dans le monde contemporain. Le bouddhisme occidentalisé, les nouveaux mouvements religieux, la laïcité, l’Islam, le transhumanisme ont été tour à tour ses différents sujets de réflexion. Il a publié une quinzaine d’ouvrages.

Dominique Trotignon est Directeur de l’IEB et président honoraire de l’association « Vivekārāma » ; il effectue des travaux de recherche et de synthèse sur le bouddhisme ancien et le Theravâda ; il a participé à plusieurs ouvrages collectifs, dont ceux de la collection « Ce qu’en disent les religions » (éd. de l’Atelier - thèmes de « La création du monde » et « La femme et le féminin ») et La mort est-elle une fin ? (éd. Salvator, 2009).

Eric Vartzbed, Docteur en psychologie et psychothérapeute d'orientation analytique, pratique en institution psychiatrique (Réseau Santé Valais) et en cabinet privé à Lausanne (Suisse). Il a vécu sa rencontre avec le bouddhisme comme un évènement et la source d'une profonde remise en question. Il a notamment publié Le bouddhisme au risque de la psychanalyse (Seuil, 2009), dans lequel il confronte bouddhisme et psychanalyse, notamment sur la question du bonheur.

 

Documents mis à disposition

VIDEO-2.jpg

huit fichiers vidéo, correspondant aux quatre séances de cours (chacune en deux parties), soit environ dix heures d’enregistrement.

PDF-2.jpg

un document au format PDF à télécharger et imprimer, comportant au moins :
=> une présentation résumée (avec le synopsis minuté des enregistrements)
=> un ensemble de textes (cités dans le cours ou complémentaires)
=> une bibliographie
=> un questionnaire de révision

WEB-2.jpg

Un accès à un Forum dédié spécifiquement au cycle
Le cycle est associé à un forum en ligne permettant d’échanger sur les cours avec les membres de l’équipe pédagogique de l’Institut d’Études Bouddhiques.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Consulter un extrait :
Une vidéo de présentation sera disponible très prochainement...
 

Tarif :
Pour l’ensemble du cycle : 87 € (hors adhésion)
Les quatre cours ne peuvent être suivis séparément.

 

Inscription, paiement et téléchargement

ce cours sera disponible à la mi-novembre 2016