Sagesse et connaissance

Approches thématiques - cycle 1

calendrier des cours
année universitaire 2016-2017

5 séances, le samedi après-midi, de 15 h à 18 h
au CIDEB, 29 boulevard Edgar-Quinet 75014 Paris
[code de référence sur notre calendrier récapitulatif : « Appr. 1 »]

Ce cycle de cours est aussi accessible en visio-conférence

Les inscriptions peuvent s'effectuer pour le cycle entier ou à la séance
(seules les inscriptions "à la séance" sont accessibles aux non-adhérents)

 

  • samedi 22 octobre 2016 – Françoise Bonardel
    Sagesse et connaissance, en bouddhisme et en Occident
    À quoi bon connaître davantage si le savoir acquis ne rend pas plus sage ? La modernité occidentale s'est détournée de cette question à laquelle voies spirituelles et philosophies se sont efforcées de répondre, non sans mettre en cause le savoir s'il favorise l'inflation de l'ego. De manière plus radicale encore le bouddhisme enseigne depuis ses origines à ne pas se laisser prendre au jeu d'une connaissance qui n'aurait d'autre fin que d'accroître la puissance. Qu'est-ce donc que l'ignorance à quoi met fin la connaissance, et pourquoi celle-ci peut-elle se transformer en sagesse libératrice (prajñā) ?

  • samedi 19 novembre 2016 – Dominique Trotignon
    Le lexique de la connaissance dans le canon pāli
    Loin d'être représenté par un terme unique, l'acte de "connaissance" est évoqué, dans les textes bouddhiques, par un lexique d'une extrême variété. La racine "jñā" (grec : gnôsis ; latin : gnoscere) y occupe une place de choix, mais tout en présentant de nombreuses nuances distinctives (ñāna, añña, saññā, viññāṇa, paññā, abhiññā...). Très souvent liée au sens de la "vue" (vijjā, dassana, diṭṭhi, cakkhu...), la connaissance est aussi présentée comme un acte d'expérimentation individuelle qui relève du "toucher" (sacchi-karoti). À travers l'étude de ce vaste lexique, on tentera de mieux cerner cette notion complexe et de déterminer quel est son (ou ses) objet(s). On s'interrogera aussi sur l'absence de toute mention de la connaissance dans le célèbre Sermon de Bénarès sur dukkha...

  • samedi 10 décembre 2016 – Philippe Cornu
    La « Sagesse primordiale » (jñāna) dans le Yogacara et le Dzogchen
    Dans le courant yogācāra du Mahāyāna apparaît la notion de sagesse primordiale (skt. jñāna ; tib. ye shes), distincte de celle de prajñā, la connaissance éminente. Il s'agit d'abord d'une transformation radicale des huit consciences envisagée lors de la "révolution du support" (āśraya-parāvrtti). Dans le Vajrayāna, la notion de jñāna s'affine en cinq modalités et se systématise pour trouver son exposé final au sein du Dzogchen où elle exprime les cinq modalités de connaissance primordiale, la quintuple luminosité porteuse de connaissance propre à la nature de l'esprit, rig pa.

  • samedi 21 janvier 2017 – Paul Magnin
    Sagesse et connaissance dans le bouddhisme chinois
    "Éveil", "sagesse" et "connaissance" sont autant de termes et d’expériences qui ont fait l’objet de débats animés en Chine. Ils ont été au cœur de controverses touchant à la problématique de l’expérience intérieure ouvrant sur l’Éveil, indissociable de l’équanimité (upekśa), quand l’esprit est dans une parfaite quiétude, au-delà de toutes idées et notions, sans émotivité ou impressions affectives. À ce stade, l'esprit est dans le "non-mouvement", expression essentielle dans le bouddhisme chinois qui a néanmoins développé de nombreux concepts pour montrer comment on passe de la connaissance à la sagesse puis à l’Éveil. Il convient donc d’éclairer l’ensemble de la problématique à la lumière de la pensée chinoise et de tracer le processus qui a conduit à un "dépassement de l’expérience noétique" (titre donné à un opuscule chinois, essentiel pour comprendre tous les enjeux de la question).

  • samedi 4 février 2017 – Vincent Eltschinger
    Les logiciens bouddhistes en Inde
    Le bouddhisme des « théoriciens de la connaissance » (6e-13e siècle) naît du croisement de deux ordres de faits : d’un côté, des développements internes à la « science de la logique » (hetuvidyā), l’une des cinq disciplines prévues au curriculum des bhikṣu et des bodhisattva ; de l’autre, d’une situation sociale et historique qui voit le bouddhisme avoir à se défendre contre l’hostilité et les objections de l’orthodoxie brahmanique, et à faire concurrence au śivaïsme sur les terrains rituel et politique. De cette circonstance naîtra un courant mettant la logique et la théorie de la connaissance au service de la défense du bouddhisme comme voie de salut. Si les représentants de ce courant ne développent aucune tradition doctrinale nouvelle, ils dotent le bouddhisme d’instruments intellectuels sophistiqués. Ils s’efforcent ce faisant d’édifier un véritable système de la connaissance humaine articulé sur la raison humaine comprise comme le jeu de la perception et de la déduction logique. Cette conférence présentera les enjeux historiques, doctrinaux et épistémologiques de cet important courant du bouddhisme indien tardif.

=> présentation des intervenants

 

Tarifs et inscriptions

Tarifs
  • le cycle entier (5 séances) :
    tarif plein : 102 €
    tarif réduit : 81 €

Le tarif réduit est attribué aux étudiants et aux demandeurs d'emploi sur présentation (ou envoi d'une photocopie) d'un justificatif en cours de validité.
Il peut être accordé à toute personne pouvant justifier de faibles ressources (montant mensuel égal ou inférieur au SMIC).

Il est possible de régler en trois versements trimestriels (tarif plein : 3 x 34 € ; tarif réduit : 3 x 27 €)
En cas de paiement par chèque, les trois chèques doivent être remis à l'inscription.
Ils seront encaissés à la fin des mois indiqués ci-dessous
:
=> 1er encaissement : à l'inscription, fin octobre
=> 2e encaissement : dans un délai de 3 mois, fin janvier
=> 3e encaissement : dans un délai de 6 mois, fin avril

 

  • à la séance :
    adhérents : 23 €
    non adhérents : 25 €
     
Inscriptions

L'inscription à ce cursus est possible pour l'ensemble du cycle ou à la séance.
Ces cours sont accessibles aux non-adhérents uniquement à la séance.

Les inscriptions aux cycles entiers devront être effectuées entre le 7 septembre et le 8 octobre 2016
Vous pouvez vous inscrire en remplissant le bulletin d'inscription en ligne (disponible à partir du 7 septembre 2016)
ou en vous présentant dans nos locaux, au CIDEB (29 boulebard Edgar-Quinet 75014 Paris) aux jours et heures d'ouverture.
Chaque inscription est effective à réception du règlement (chèque libellé à l'ordre de "Institut d'Etudes Bouddhiques" ou "IEB").

L'adhésion à l'association est obligatoire pour s'inscrire aux cycles entiers.
Elle couvre l'année universitaire, du 1er octobre au 30 septembre.
Elle comprend l'accès réservé à l'"Espace adhérents" du site de l'IEB.
L'adhésion n'est pas nécessaire pour assister aux cours accessibles à la séance (dans la limite des places disponibles).

Adhésion annuelle

cotisation simple : 40 €
cotisation de soutien : 60  ou plus

Les sommes versées au titre des cotisations de soutien contribuent à l'achat d'ouvrages pour la bibliothèque de l'Institut.